Accueil»Élection»A Paris, Jean Ping remercie la diaspora gabonaise pour son action

A Paris, Jean Ping remercie la diaspora gabonaise pour son action

0
Partages
Pinterest Google+
Par RFI Publié le 29-10-2016

Jean Ping est arrivé à Paris vendredi matin 28 octobre. L’opposant gabonais doit rester en France quelques jours. Il doit se rendre également aux Etats-Unis la semaine prochaine. L’ancien chef de la commission de l’Union africaine ne reconnait pas la victoire d’Ali Bongo à la présidentielle et il se considère comme président élu. Samedi, il a notamment tenu un meeting sur le parvis des droits de l’homme, au Trocadéro, à Paris, afin de remercier la diaspora pour son action.

Devant ses partisans chantant et dansant, c’est en vainqueur que Jean Ping a été accueilli, a constaté notre journaliste sur place, Sébastien Nemeth. Faisant le signe de la victoire, il a pris un bain de foule, avant de mobiliser les troupes :

« Vous êtes devenus un modèle de résistance. Pendant des années, vos revendications n’ont jamais été entendues. On vous répondait : « Les chiens aboient, la caravane passe ». Mais aujourd’hui les panthères ont remplacé les chiens. »

Les panthères, symboles de l’équipe gabonaise de football, vont même stopper et renverser la caravane, a poursuivi Jean Ping, ajoutant que la peur avait changé de camp et qu’il ne dialoguerait jamais avec le pouvoir.

 Beaucoup d’opposants sont venus de loin pour voir leur champion. Une visite qui les a remotivés. « C’est très important, c’est très touchant parce que c’est le choix du peuple », dit un homme. « Quand on se dit que quand on marche, quand on fait des manifestations, rien ne se passe, poursuit une femme. Là on a vu le président Ping et il nous a motivés, reboostés. » « Les gens viennent de partout, par amour pour notre pays. Ça donne des frissons mais surtout ça donne encore plus de motivation. Il y avait un peu de défection, mais à, le fait de le voir, ça va sûrement galvaniser beaucoup de personnes », renchérit un autre manifestant.

Avant de partir, Jean Ping a reçu des cadeaux, pris un second bain de foule et entonné l’hymne national. Il a résumé son message à ses partisans en une phrase :

« Ne lâchez rien ! »

Actualité précédente

Gabon : les preuves de la fraude électorale

Actualité suivante

Discours sur le parvis des Droits de l'Homme à Paris du 29 octobre 2016