© jeuneafrique.com – Publié le 19 avril 2017 à 11h40  – L’assistant de l’opposant gabonais Jean Ping, qui conteste toujours la réélection d’Ali Bongo Ondimba à la présidentielle, a été placé mardi en détention préventive, cinq jours après son arrestation par les renseignements gabonais.  « Alain Djally a été placé sous mandat

© dw.com -Publié le 20/04/2017 – Annoncé depuis septembre 2016, le dialogue politique inter-gabonais a démarré mardi à Libreville. Sans le camp de Jean Ping. Le leader de l’opposition explique pourquoi. Environ 200 délégués de la majorité présidentielle et une frange de l’opposition participent à cette rencontre qui devra s’achever le 10

© union.com – Publié le 18 avril 2017 – C’est l’une des annonces faites samedi, au collège Ntchoréré, par le leader de la Coalition pour la nouvelle République (opposition), Jean Ping. JEAN Ping, principal candidat de l’opposition à la présidentielle de 2016, et actuel leader de la Coalition pour la nouvelle République, a

© gabonreview.com – Publié le vendredi 07 avril 2017 à 19:26 – L’ancien Premier ministre, candidat des Républicains à la présidentielle française, a réaffirmé sur RFI ses doutes quant aux résultats obtenus par Ali Bongo au terme de la présidentielle d’août 2016 au Gabon. Après Emmanuel Macron la veille, c’était au tour de François

© afrique-centrale.fr – Publié le 8 avril 2017 à 9 h 00 min – Interviewé sur les ondes de RFI le 5 avril, Emmanuel Macron, candidat à l’élection présidentielle française s’est exprimé sur la politique qu’il entend mener en Afrique s’il venait à être élu. Il a émis de sérieux doutes quant

© info241 –  – Les citoyens gabonais s’interrogent si la justice gabonaise a-t-elle encore droit de citer ou est-elle juste une « arme de dissuasion » du régime controversé d’Ali Bongo Ondimba ? Car comment comprendre le silence curieux du procureur de la République près le tribunal de première instance de Libreville, Steeve Ndong Essame Ndong

© infosgabon.com – Publié le lundi 3 Avril 2017 – Le candidat malheureux à la dernière élection présidentielle qualifie les présentes assises de simple divertissement organisé par le pouvoir. Et pourtant, les autres politiques, syndicalistes et membres de la société civile débattent à Angondjé pour trouver une issue à la crise qui