Publié par Gérald Mounomby ©Gabon Review, le lundi 18 janvier 2016 à 2:41 Un soutien pour Jean Ping en pays Nzebi : Vincent Moulengui Boukossou quitte le PSD pour rejoindre l’écurie de l’ancien président de la commission de l’union africaine ! Vincent Moulengui Boukossou, lors de sa déclaration le 16

le 18 janvier 2016 ©gabonlibre.com Invité hier du journal de 20-heures de Gabon Télévision, le ministre de l’Intérieur, de la Sécurité et de l’hygiène publique, Pacôme Moubelet Boubéya, a annoncé que le gouvernement gabonais vient, par la voix de son ministre d’Etat chargé des Affaires étrangères, de rappeler son ambassadeur

le 18 janvier 2016 ©africanews.com The upcoming presidential election slated for August in Gabon will not be like the others. Popular Gabonese diplomat and politician Jean Ping is a challenger to the current president Ali Bongo Ondimba. The former chairperson of the African Union Commission, former minister of foreign affairs

publié par Aude Mazoué, le 18 janvier 2016 ©france24 Les propos de Manuel Valls tenus samedi soir sur France 2 dans l’émission « On n’est pas couché » affirmant qu’Ali Bongo n’avait pas été élu démocratiquement « au sens où on l’entend » ont vivement fait réagir au Gabon. Réactions de l’opposition. Les opposants

Par RFI Publié le 18-01-2016 Modifié le 18-01-2016 à 14:04 Les propos du Premier ministre français, invité de l’émission de télévision « On n’est pas couché » sur France 2 samedi soir suscite la polémique au Gabon. Manuel Valls, interrogé par l’humoriste français, Jérémy Ferrari, qui critique la présence d’Ali Bongo au

©Afrique Education, publié le Vendredi 15 janvier 2016 à 16:11 Ce n’est plus une hypothèse d’école. Déjà, qu’on lui donnait de « Monsieur le Président » quand il trônait à la tête de la Commission de l’Union africaine. Jean Ping est un candidat à prendre au sérieux. Très au sérieux. Trop au

© RFI Publié le 16-01-2016 Au Gabon, il reste huit mois avant la prochaine élection présidentielle et l’opposition s’organise. Le Front uni de l’opposition pour l’alternance, la plus importante coalition de l’opposition gabonaise, a élu, vendredi 15 janvier, Jean Ping comme candidat unique. Le Front uni est cependant divisé et